The Marshall Mathers LP – Eminem

J’aime réécouter de vieux album… Je posterai ici de temps en temps ma critique personnelle sur ces albums que j’ai tant écouté (et rayé)…

Aujourd’hui, The Marshall Mathers LP d’Eminem.

Marshall Mathers LP

C’est incontestablement L’album du sommet pour Eminem, un ovni, pourtant très terre à terre. Pas trop commercial (bien qu’énormément), et ne contenant pas les erreurs des premiers disques. On peut le dire c’est le fameux album de la Maturité! Cet album est souvent considéré comme un des meilleurs albums de hiphop (on est pas sur Wikipedia, je dis ce que je veux, okay ?)

Sur cet album, tous les éléments du Eminem parfait sont contenus: des paroles violentes, des paroles bourrées d’humour, des instrumentaux ultra accessible mais très bossés!

Comme pas mal de CD d’Eminem il contient pas mal d’interludes (pas toujours très utiles), dont la première est un avertissement à l’auditeur, à la manière TV (« ce disque n’est pas supposé être écouté de tous » rappelons qu’il porte la célèbre et inutile mention « parental advisory… ») et se finit par « quelque chose a ajouter?… »"oui, poursuivez moi en justice! » Amérique quand tu nous tient

« Passons au chose sérieuse, les chansons :

Celle qui a l’honneur d’entamer le disque est « kill you » dont la mélodie a été piquée au jazzman français jacques loussier, une mélodie, entrainante pour des paroles assez vaches et tripées, humour noir de rigueur dans le même style on notera « Who Knew » ou Eminem traite de la musique qu’il fait.

La chanson « thank you » de dido, est une chanson assez gaie, et voilà que par magie la chanson « Stan »(qui utilise un extrait de thank you) la transforme en un morceau sombre et assez oppressante. Grace a des basses très lourdes, des effets sonores, une nouvelle ambiance et créé. Cette chanson raconte l’histoire fictive d’un fan…un peu particulier, qui dans sa folie, prendra les chansons d’Eminem au premier degré.

Interlude: Paul (son manager), qui est la suite de l’interlude présent sur l’album précédent (the slim shady LP): sans intérêt; suivie d’une chanson puis d’une nouvelle interlude: Steve, encore ou une fois inutile.

The way I am vient réveiller le tout, avec un instrumental intéressant, composé par Eminem lui même! un flow dur et énerve, où le rappeur clame être ce qu’il est et ne rien pouvoir changer à ca. Il évoque d’autre artiste comme Marilyn Manson, et chantera cette chanson avec lui sur scène, puis sur un remix du morceau.

The real slim shady: je dois vraiment vous en parler? Will the real slim shady please stand up! Cette chanson traite de l’émergence de rappeurs copiant le style d’Eminem, et part dans des délires assez burlesques (Dr dre enfermé dans une cave, le slim shady à l’intérieur de chaque personne…etc….) L’artiste Montre une nouvelle fois qu’il fait Très aisément de la musique Pour Toute la famille même si celle ci contient le mot fuck et clitoris: il ne faut pas prendre les gamins pour des cons, ils savent bien plus de choses qu’on ne le croit

Remember Me et I’m Back sont deux morceaux sans grand intérêt, instrus trop typés, sensations de déjà vus…etc.

Marshall Mathers est le véritable nom d’Eminem, et dans cette chanson, comme vous l’aurez deviné, il parle … de lui. Un peu lassant, bien que teinté de guitare, et de nostalgie.

Ken Kannif est un personnage récurent dans l’univers d’Eminem, un homosexuel, du Connecticut, à la voix assez…huuuuunn…spéciale…hmmmm…huuun! ici dans un « remake de porno il se moque de deux rappeurs, avec qui il a eu quelques différents.

Drug Ballad: instru Funky, dina rae au chœurs (cette fille a fait la chanson 13 sur 4 albums du blondinet) la encore, pas une chanson ultra remarquable mais qui vient contraster l’album, ce qui prouve que ce disque est très éclectique.

On en vient a quelque chose qui me tient a cœur: Amityville. Cette chanson parle entre autre de la ville de detroit, comparée à Amityville. Eminem est accompagné du déjanté Bizarre (rappeur de son groupe D12 et de detroit) qui pose ici des paroles décalées à souhait je peux pas vous traduire ici, mais tout son couplet est affolant, et surtout a prendre au 14000 eme degrés, mais je vous assure, c’est digne d’un fuzati là!

Un instru bien lourd comme « je » (ca n’engage que moi) les aiment et des dadums » du meilleurs effet.

Bitch please II: du westCoast comme on en fait plus: Dre, Snoop, XtoThaZ (les fans de pimp my ride comprennent) et Nate dogg! Que demande le peuple?

Kim/Kids: là le grand dilemme je parle de Kim ou de Kids…KIM bien sûr (Kids étant la chanson qui remplace Kim sur l’album « clean version »)

Bah là encore c’est du gros morceaux, violent à souhait, une batterie piquée à led zep, des cloches, des cris!

Eminem dans un délire fictif tue sa femme, après avoir tué un enfant de 4 ans en lui tranchant la gorge (enfant, qui deviendra un amant dans la version la plus connue de l’album). Tout ça afin de protéger sa fille.

à noter que cette chanson est une Prequel à la chanson 97 Bonnie and Clyde (anciennement « Just de two of us ») sur les album « slim shady lp/ep »[dans Kim Eminem tue sa femme, dans 97b&c il cache le corps avec l'aide de sa fille (qui pour l'anecdote a été enregistrée pour la chanson)]

Under the Influence fait entrer en scène D12 le groupe d’Eminem dans une chanson assez burlesque et Criminal clôture l’album ironiquement, tordant le cou au gens qui prennent les paroles au premier degré!

On peut dire pour conclure qu’un des maitres mots de cet album est « le mélange ».

Au fait…Kids! La chanson « clean » est quand même assez importante: Eminem, en prof à la South Park (les élèves st présents dans la chanson) fait une prévention contre les drogues et les paroles sont très fun, autant que l’ambiance musicale!

La suggestion du Chef: Amityville, Kim, et pour se détendre, the real slim shady.

à éviter: les interludes… bien que quand toutes sont réunies, elles deviennent assez fun!

Post to Twitter Post to Facebook